Albums photo du voyage en Italie et en Croatie

Pour ceux qui lisent ce blog et qui n’ont pas vu les albums photo passer sur Facebook ou Flickr, pour des fins de complétude, voici deux liens vers mes albums photo Flickr.

Puisque je n’ai pas réussi à mettre de photos durant le voyage, ce seront ces liens qui apparaîtrons dans la section photo du blog. J’espère pouvoir m’arranger autrement la prochaine fois.

Bon visionnement et on se revoit pour un prochain voyage en 2015!

Advertisements

Rome et Pompéi. La boucle est bouclée

En se levant jeudi matin à La Spezia, malgré le fait qu’on avait des billets de train, on était quand même un peu nerveux à cause de la grève. Quand on a vu le retard s’accumuler pour notre train, disons que ce n’était pas rassurant. C’est 20 minutes plus tard que nous sommes embarqués à bord de notre train.

Arrivés à Rome, nous nous sommes rendus à notre auberge, le BeeHive hostel, tout prêt de Termini, la station de train. Si vous allez à Rome, je vous conseille fortement les chambres privées de cet auberge, elles sont spacieuses, bien situées et propres. Après avoir déposé nos sacs, nous sommes partis vers la Piazza del Popolo, où nous devrons nous rendre le lendemain pour notre visite à Pompéi. Nous avons marché jusque dans le coin de la fontaine de Trevi où nous savions qu’il y avait un pub irlandais. Nous avions envie d’un cidre. J’ai bu un Bulmers à la santé de Max, vu que c’était sa fête et qu’il me l’a demandé. Slainte mate!

Après le cidre, nous nous sommes rendus dans le quartier du Trastevere, le quartier cool de Rome où les locaux aiment sortir. Annabelle devait aller aux toilettes donc on est retourné prendre un verre avant de se diriger vers un resto, sans trop se faire d’attente parce que la dernière fois qu’on a voulu sortir du centre touristique on s’est fait refuser l’entrée. On a eu une place facilement et on a finalement compris le truc à Rome. Ils font un service vers 17h pour les touristes et un autre vers 20h pour les locaux. En arrivant à 19h45 on a immédiatement eu une place et on a pu voir les autres se faire dire que c’est plein. La nourriture était excellente, vraiment pas chère et la table à côté de nous, des Romains, nous ont conseillé des desserts typique de Rome. On s’en est sorti pour 40 euros pour un 3 services copieux avec un demi litre de vin. Pour digérer, nous sommes retournés à notre chambre à pied, ce qui signifie que nous avons traverser une bonne partie de la ville à pied.

Le lendemain, comme j’ai déjà annoncé, nous avons participé à une excursion guidée à Pompéi. Nous étions un autobus plein et nous avions deux guides : Luca, un italien et Mike, un californien. Notre guide attitré était Luca mais les deux guides se sont occupés des deux groupes. Nous sommes partis à 7h30 de la Piazza del Popolo et le bus est parti vers Pompéi, 3h de route. Nos guides étaient super, ils ont donné beaucoup d’information sur l’histoire de la Rome antique, de l’Italie en général, sur Pompéi et la région autour, et ce à l’aller comme au retour. On a vraiment été choyés!

Arrivés à Pompéi, une guide locale nous a rejoint et nous a fait visiter Pompéi pendant 2h. C’est court mais j’ai été satisfait, plus qu’à la visite des lacs de Plitvice. Après la visite des ruines, nous nous sommes dirigés vers un restaurant pour goûter la pizza di Napoli, la pizza Margherita. Nous avons été jumelés avec un couple d’Américains de la Floride. Le gars s’appelait Arthur Sauvé, petit fils d’un Québécois et il ne parlait pas français. Il a perdu une partie de son héritage, je trouve ça triste. Sa blonde était contente d’entendre pour la première fois le nom de son chum dit de la bonne façon.

Après le dîner, nous nous sommes rendus près du sommet du Vésuve où nous avons terminé l’ascension à pied. Nous avons très bien vu le cratère mais malheureusement nous avions littéralement la tête dans les nuages donc nous n’avons pas vu Naples et la mer.

Au retour, les guides nous ont amené goûter au limoncello, boisson forte au citron. Nous sommes arrivés à Rome 13h après notre heure de départ. Puisque nous devons nous lever tôt pour prendre l’avion et un resto aurait malheureusement pris trop de notre temps, nous avons été au McDo avant de retourner à notre chambre faire nos sacs. Un beau dernier souper hein!

C’est tout pour ce magnifique voyage, nous revenons demain au pays. J’écrirai une conclusion lorsque j’aurai accès à un vrai clavier. À bientôt!

Les Cinque Terre et tout plein de péripéties

Nous avons quitté Florence en fin d’avant midi à destination de La Spezia, la ville voisine du parc national des Cinque Terre. Arrivés à La Spezia, nous nous sommes dirigés vers notre hôtel, où nous avons eu une belle surprise : notre réservation avec Expédia n’a pas fonctionné et je n’ai eu aucun avertissement pour me le dire. Heureusement pour nous, il restait une chambre. Elle est un peu spéciale, genre pour se rendre au bol de toilette il faut passer à travers la douche (qui a deux portes) mais sinon elle est très bien.

Après avoir dîner, nous nous sommes rendus à la gare pour avoir nos billets qui donne accès à tous les trains plus tout le parc des Cinque Terre. Deuxième surprise, la dame nous annonce que les 29, tous les trains seront en grève. On a commencé à stresser un peu car il faut retourner à Rome le 29 et je n’ai pas envie de le faire à pied. En allant à la billetterie de la gare, on nous informe que le train à grande vitesse allant à Rome n’est pas affecté par la grève. Ouf!

On a finalement acheté un billet 2 jours pour le parc et nous nous sommes rendus au premier village, Riomaggiore. Nous l’avons visité, c’était vraiment très joli et après la visite, on est allé à la gare pour prendre le train vers le prochain village. Toutefois, je me suis trompé de train (comme pas mal tout le monde) et on s’est plutôt retrouvés au dernier village. En sortant de la gare, sur le bord de l’eau, j’entends des voix familières. C’était le couple de Québécois de Cap-Rouge qu’on a croisé à Venise. Le monde est définitivement petit. Par la suite, on a entrepris le sentier principal de Monterosso vers Vernazza. Quel belle vue!

Il faut que je dise que notre but premier en allant à Cinque Terre était de faire le sentier qui relie les 5 villages. Malheureusement pour nous, à cause d’éboulements, le sentier est fermé sauf pour la petite portion qu’on a fait. Je suis quand même déçu mais la beauté de l’endroit m’a fait oublié tout ça. Ça me donne une raison pour y retourner!

Après le sentier, nous sommes allés prendre une petite bière et par la suite, nous sommes allés manger une pizza sur la terrasse avec la plus belle vue au monde. Ça valait la peine! On a jasé un peu avec 2 couples d’Américains. Après le repas, on est rentrés sous la pluie à l’hôtel en se croisant les doigts pour que tombe au complet avant le lendemain.

Pour notre deuxième journée à Cinque Terre, nous avons opté pour une marche « guidée » dans le sentier qu’on aurait fait de toute façon. C’était donc un deux pour un, une belle randonnée (superbe en fait) et de l’information, tout ça pour un beau 0$ de plus. Nous étions avec 3 montréalais, 4 suédois et 2 personnes de l’Uruguay. La marche nous a amené de Manarola jusqu’à Corniglia en passant par un village dans les montagnes. À la fin de la randonnée, il y avait une dégustation de vins locaux et wow, c’était fantastique. Nous étions les québécois et les suédois avec la guide, dans un petit resto. On a mangé d’excellents sandwichs avec une dégustation (2 coupes) de blanc et la même chose pour le rouge. Nous avons payé le supplément pour avoir un verre de l’espèce de porto local, c’était délicieux.

Après la dégustation, on est allé se chercher une gelato à un endroit suggéré par notre guide, on a visité Corniglia et on est parti vers Manarola en train pour visiter ce village, le seul qu’on avait pas visité. On voulait prendre une bière mais on ne trouvait pas de belle terrasse donc nous sommes retournés au même endroit qu’hier, à Vernazza, pour la bière et au même resto pour le souper. La vue était trop belle! On a recroisé les américains de la veille dans le village. De plus, lors de la randonnée, on a croisé un groupe de français qui avait fait la file pour le musée des Offices à Florence avec nous et on s’est reconnus! Il faut croire que notre itinéraire est assez classique.

Après le souper, nous sommes retournés à La Spezia pour se coucher. Cinque Terre est un des plus bel endroit que j’ai vu de toute ma vie, si ce n’est pas le plus beau. Je sais que je dis ça depuis le début mais je vous conseille vraiment d’aller passer quelques jours là bas, c’est vraiment très beau et ce n’est vraiment pas cher contrairement aux autres villes italiennes que nous avons visitées. C’est surprenant mais c’est vrai. On a souper les deux soirs pour moins de 40 euros à deux, avec du vin. J’ai vraiment hâte de vous montrer les photos de cet endroit superbe.

Demain nous partons pour Rome, malgré la grève des trains, où nous allons avoir une journée et demie à passer. En fait, c’est plutôt une demie journée puisque nous avons réservé une visite guidée à Pompéi pour notre dernière journée complète. Ce n’était pas dans les plans mais vu qu’on a clanché Rome au début du voyage, pourquoi pas! Je vous réécrit donc vendredi et ce sera mon dernier post en sol européen.

Firenze

Après un petit déjeuner à Venise, nous sommes partis en train vers Florence ou Firenze en italien. Lorsque nous sommes arrivés, il faisait gros soleil, ce qui nous a fait très plaisir. Après avoir déposé nos sacs à notre logement, la Pensione Canada, qui est très bien située, nous sommes partis explorer la ville. Quand je dis bien située, c’est qu’au bout de la rue, il y a le Duomo, la célèbre cathédrale de Florence. Malheureusement pour nous, le baptistère qui se trouve juste en face est en cours de travaux, ainsi qu’une partie de la cathédrale. Encore une fois, au revoir la belle photo.

Nous sommes arrivés à Florence en plein milieu d’un événement qui semble être une course et l’arrivée était juste à côté du Duomo. Pour éviter la foule, on a pris une rue parallèle et nous sommes tombés sur une boulangerie pizzeria vraiment cool. On y a très bien mangé! Par la suite, nous avons continué notre chemin vers le vieux pont de la ville, célèbre pour ses habitations qui y sont accrochées. Avant d’y arriver, nous sommes passés devant une copie du David de Michel-Ange et le palais des Offices, LE musée de Florence. L’architecture des bâtiments à Florence est superbe, tout est beau à regarder.

Nous avons poursuivi notre chemin en traversant le pont et en se rendant au prochain pour prendre une photo du vieux pont. Nous sommes arrêtés prendre une gelato à un endroit recommandé par le Lonely Planet et c’était la deuxième meilleure gelato du voyage. Ensuite, nous avons poursuivi notre marche avant d’aboutir à un pub irlandais pour y boire un bon Bulmers, un cidre irlandais. À côté de nous il y avait un américain du Vermont et son fils, on a jase avec eux, ils étaient très gentils.

Pour souper, nous sommes allés dans un resto bar à vin et on s’est payé la traite, on s’est laissé conseiller du vin qui allait avec nos assiettes et on n’a pas été déçu. Un des beaux soupers du voyage et en plus, ils ont oublié de charger deux coupes de vin sur les 4. Oups! On a fini la soirée en faisant un tour de la ville de nuit et en constatant que c’est très animé!

Pour notre deuxième journée à Florence, après avoir pris un croissant et un café qui ont été assez compliqués à trouver étant donné que c’était un dimanche très tôt, nous sommes allés faire la file pour visiter la galerie des Offices. Ce fut une visite très intéressante mais vu que je ne connais pas grand chose à l’art, je crois que je n’ai pas apprécié à sa juste valeur le musée. Après avoir mangé un kebab pour dîner, nous nous sommes rendus à la Galleria dell’Accademia pour voir entre autre le vrai David de Michel-Ange. Très très impressionnant. Le reste de la galerie exposait des oeuvres religieuses et je dois dire que j’ai ma dose d’œuvres religieuses pour le reste de l’année. Nous avons terminé l’après midi par une gelato et un cidre avant de presque se faire pogner par la pluie qui est arrivé et de façon assez subite.

Avant d’aller souper, on s’est dit que ça serait une bonne idée d’aller voir la vue de la ville à partir de la piazzale Michelangiolo, qui surplombe la ville. La vue est magnifique, tellement que nous avons attendu le coucher du soleil (une bonne heure) pour prendre des photos de la ville. Nous étions à côté d’une gang qui faisaient du vidéo et du stop motion, ils devaient avoir pour facilement plus de 10 000$ de stock. En attendant le coucher de soleil, nous avons rencontré Serge, un Montréalais dans la cinquantaine voyageant seul. Nous avons jasé jusqu’à 9h45 sur la piazzale avant de redescendre avec lui. Il avait déjà mangé mais pas nous, la faim se faisait sentir donc on est arrêter manger deux pointes de pizza. En retournant les 3 vers le Duomo, nous sommes tombés sur un opéra dehors. Après l’avoir écouté un peu, nous nous sommes dit au revoir et nous sommes allés nous coucher, la soirée n’étant plus très jeune.

Pour notre dernière journée, il nous restait la visite du Duomo, de son campanile et du baptistère. Nous avons commencé la journée par la cathédrale, qui est beaucoup plus impressionnante de l’extérieur que de l’intérieur, sauf pour son magnifique dôme. Après avoir fait les cryptes, nous avons procédé à l’ascension des 414 marches du campanile pour avoir une superbe vue sur le Duomo. Par la suite, nous sommes redescendu voir le baptistère, avec son intérieur beaucoup plus impressionnant que celui du Duomo et après un sandwich, nous avons procédé à l’ascension des 463 marches pour se rendre au sommet du dôme. Encore une vue à couper le souffle. Après être redescendu, nous sommes allés visiter l’église Santa Maria de Croce, l’église qui devait compétitionner le Duomo, mais on a manqué de temps pour visiter son musée, ça fermait à 17h30. Pour bien finir l’après midi et rester fidèle à nos habitudes, nous sommes allés manger une gelato et après ça, boire un cidre au pub irlandais.

Pour souper, nous avons pris ça relax, nous sommes seulement allés au resto et nous sommes revenus préparer nos sacs pour le lendemain.

Florence est une ville superbe, ensoleillée et pas juste à cause du beau temps, l’architecture et les couleurs sentent le soleil. C’est une ville riche en histoire et en art qui se doit d’être visitée. Nous quittons mardi pour Cinque Terre, dernier arrêt avant le retour à Rome. Nous avons vraiment hâte de voir ce coin de l’Italie qui semble être magnifique.

Venise, la sérénissime

Nous avons quitté Pula mercredi matin à 7h du matin à bord d’un bus à direction de Trieste en Italie. Nous avions initialement prévu prendre un traversier de Pula à Venise mais il est juste en opération à partir de juin. Pour se rendre à Trieste, nous avons du traverser brièvement la Slovénie.

Nous avons profiter des quelques heures que nous avions en attendant notre train pour visiter la ville. Une forteresse la surplombe et bien sûr, pour s’y rendre, j’ai pris le chemin le plus court mais le plus abrupt. Après notre visite, nous avons pris le train pour Venise.

On m’avait dit qu’en sortant de la gare à Venise, c’est la qu’on réalisait où on était et la beauté de l’endroit et je dois dire que c’est tout à fait vrai. C’est à couper le souffle, tout est tellement beau. On s’est rendus à notre hôtel pour y déposer nos sacs et on s’est dirigés vers le Rialto, le pont le plus célèbre de Venise qui enjambe le Grand Canal. Pour s’y rendre, on a du marcher pendant genre 15 minutes et je croyais qu’on était proche selon la carte. Venise est vraiment plus grande que je le croyais. Par la suite, nous sommes allés à la place Saint-Marc pour voir la basilique. Bien sûr, chanceux comme je suis, la façade qui donne sur la place est en réparation, au revoir la belle photo.

Avant d’aller souper, nous avons été boire la bière la plus dispendieuse (je sors mon français médiéval) du voyage mais bon, on avait toute qu’une vue. Ça doit se payer à quelque part. Nous avons été souper à un restaurant recommandé par le Lonely Planet et c’était excellent. Annabelle feelait « découvertes », elle avait une entrée de sardines, citrouille, porridge et oignons caramélisés et en plat principal des spaghettis à la pieuvre dans son encre. Le spaghetti n’était pas très appétissant mais quand même bon mais je ne crois pas en manger à nouveau. C’est bizarre quand tout dans ton assiette est noir.

Le lendemain matin, nous avons décidé de nous lever tôt pour avoir le levé du soleil sur la ville et surtout l’avoir pour nous seuls. Le pont Rialto était vide, la place Saint-Marc aussi et c’était impressionnant. Nous avons ensuite fait la marche proposée par le Lonely Planet à travers les rues de la ville. J’ai rarement vu un itinéraire aussi mal fait. Y’a une des indications qui est : prenez la rue X, tournez sur un des ponts pour prendre une rue et vous allez vous retrouvez sur la rue Y. C’est parce que des ponts, y’en a en maudit! Ou bien une fois ils voulaient nous faire tourner à gauche à un endroit sans rue à gauche ou ils omettent de dire qu’il y a une église en plein milieu de la place et que la rue qu’il faut prendre est derrière. Grâce à ma carte de la ville détaillée, j’ai réussi à m’en tirer. De toute façon, même s’il est facile de prendre la mauvaise rue à Venise, premièrement il est impossible de se perdre longtemps puisqu’on est entouré d’eau et deuxièmement il y a toujours des indications pour se rendre aux principales attractions, à la gare ou aux vaporettos, les autobus de la ville qui sont en fait des bateaux.

Après notre visite très matinale, nous avons été visiter le palais des Doges. C’est l’un des endroits les plus impressionnants que j’ai vu de ma vie. Vous voulez de l’opulence? C’est l’endroit! Presque toutes les pièces ont des gravures jusqu’au plafond, des peintures faisant les murs et le plafond aussi. En plus, ce sont des peintures des meilleurs peintres vénitiens de l’époque. C’est vraiment grandiose, à voir absolument si vous passez à Venise. Nous avons ensuite été visiter la basilique Saint-Marc, qui est très jolie à l’intérieur mais il y avait beaucoup de monde et il faut suivre un itinéraire. Néanmoins, ça reste très impressionnant, plus que la chapelle Sistine selon moi. Nous avons terminé notre visite de la place Saint-Marc en prenant l’ascenseur du Campanile, une tour juste à côté de la basilique, pour avoir la vue sur Venise. C’est vraiment impressionnant et super beau.

Par la suite, nous sommes partis vers l’église qui est sur l’autre rive du Grand Canal mais pas loin de la place Saint-Marc. Ce fut une bonne marche et en chemin nous avons été voir une exposition sur les inventions de Léonard de Vinci. Avant d’aller souper, nous avons décidé d’aller prendre une bière dans un pub irlandais. On avait choisi notre restaurant en espérant y trouver autre chose que des pâtes, de la pizza ou des produits de la mer mais quand on a vu les burgers que la table d’à côté a commandé, malgré toute notre bonne volonté, on a flanché et on a mangé des gros burgers au pub irlandais, avec de la bonne bière. Au retour, pour se sentir un peu italien, on a pris une gelato qui était excellente.

Notre troisième journée à Venise s’est amorcée sous le couvert des nuages. Au revoir ami soleil. Pour la journée, on s’est pris une passe pour les autobus bateaux parce que d’aller à Venise sans faire de bateaux, messemble qu’il manque quelque chose. Notre première destination fut Murano, où ils faisaient et font encore le verre de Murano. Nous avons visité une place où ils font des trucs en verre, très intéressant. Sinon on fait vite le tour donc on est parti assez rapidement pour retourner à Venise manger du McDonalds encore une fois. Cette fois ci, j’ai pris le Gran Chicago Classic qui n’a aucun rapport avec Chicago. C’est juste un burger 2 boulettes avec fromage.

En après midi, nous nous sommes dirigés vers Lido, une espèce de banlieue de Venise qui est une île avec une très belle plage et qui protège l’entrée de la lagune. On a marché dans le sable et pris une petite bière les pieds dans le sable. Il a commencé à pleuvoir avant qu’on la finisse, on a donc clanché ça pour retourner prendre le bateau. On a été chanceux, on l’a pris juste avant qu’il parte et vu qu’il mouillait, il n’avait personne dehors (les meilleures places) et un petit toit nous protégeait de la pluie donc on a eu une belle vue et on était au sec. On a fait la ligne au complet, 1h10, c’est comme une croisière mais à bas prix. En retournant à l’hôtel il a commencé à mouiller solide mais on a réussi à se rendre.

Après l’orage, nous sommes allés au resto à côté de notre hôtel, on trouvait le menu intéressant et il était bien coté sur tripadvisor. La bouffe était excellente, de l’italien très bien apprêté. La table voisine à la nôtre était occupée par un couple gai, un américain et un suisse très sympathiques. Par trois fois dans la soirée, des vendeurs de roses sont venus faire le tour des tables, toutes sauf la leur. L’Américain aurait bien aimé acheter une fleur à son copain mais il n’a pas pu. On a jasé tous ensemble des différences entre l’Amérique et l’Europe et on s’est rendu compte que le Québec se trouve dans un espèce d’entre deux des deux cultures. On a fini notre soirée par un dernier tour à pied des principales attractions pour voir de quoi ça l’air la nuit.

Venise est vraiment une ville incroyable, unique et qui doit être vue une fois dans sa vie. Il faut la sillonner à pied et en bateau pour bien l’apprécier. C’est vraiment totalement différent de tout ce que nous connaissons mais en ayant quand même des ressemblances. Prenons par exemple le transport entre les îles, il y a une « route » balisée que tout le monde doit respecter et tout le monde se tient à droite. Vraiment, si vous n’y avez jamais été, ça vaut le détour. La passe de « bus » n’est pas nécessaire mais elle vous sauvera bien des pas et vous permettra de voir la ville autrement.

VendrediSamedi, nous partons pour Florence. Il nous restera plus qu’une semaine à notre voyage et la finale s’annonce superbe. J’ai bientôt fini de vous raconter ma vie, soyez patient!

Bari et la mer Adriatique

En quittant Rome mardi matin pour aller prendre le traversier, nous devions nous rendre à Bari, dans la région des Pouilles, au sud de l’Italie. C’est sans aucune attente que nous nous rendions dans cette ville. Après avoir laissé nos sacs en consigne à la gare, nous avons pris la rue piétonnière principale vers la vieille ville. Première surprise, la ville dégage le soleil. Ce n’est pas que nous n’avons pas été gâtés à ce niveau mais c’était vraiment spécial avec tous ces palmiers.

Une fois rendu à la vieille ville, quel choc! Nous sommes arrivés quelques heures avant l’afflux de touristes dut aux bateaux de croisière et nous avons eu le droit à un Bari authentique : des ruelles étroites avec des chauffeurs en scooteur, du monde bizarre, la totale. Après notre pizza du dîner, nous avons continué notre visite et c’était différent, les touristes étaient arrivés.

Il n’y a pas grand chose à voir à Bari : des églises et une vieille ville médiévale authentique et à couper le souffle. Nous avons mangé notre meilleure crème glacée à vie à Bari, ça aide à apprécier la ville!

Après la visite, c’était le temps de se rendre au port. J’ai lu que c’était une aventure en soi pour prendre le traversier à pied et nous n’avons pas été déçus. Premièrement, le bus pour le port avait du retard. Rendu au terminal, on se fait dire que ce n’est pas là pour avoir nos billets et qu’il faut prendre un « free shuttle bus ». Une camionnette écrit « free shuttle » arrive mais ce n’est pas ça qu’il faut prendre, selon le chauffeur qui veut juste aller parler avec ses chums! Finalement, un bus arrive et un monsieur nous dit de monter. On l’écoute et après être arrêter à un parking de van, on se retrouve à des bureaux de notre compagnie de traversier. Par la suite, l’attente du bus pour retourner au terminal. Il y avait des bureaux de Jadrolinja dans le terminal mais pourquoi faire simple quand ça peut être compliqué et demander des déplacements supplémentaires.

Nous avons fait la connaissance d’un couple d’Américains mormons bien sympathiques et d’un couple asiatique (lui coréen, elle japonaise) qui se sont rencontrés à Calgary et qui était tout aussi sympathiques en attendant les bus que nous avons du prendre.

On a fini par réussir à monter sur le bateau (les employés de Jadrolinja au sol ne sont d’aucune aide) et après avoir regardé le coucher de soleil sur le deck, nous avons attendu le départ en buvant nos premières bières croates. Nous avons un petit faible pour la Ozujsko qui était très bonne pour une blonde.

Après une petite nuit de 6 heures, nous nous sommes réveillés pour aller déjeuner avant d’aller sur le deck pour voir la vue. Malheureusement, j’ai mal calculé mes affaires et on a manqué la vue sur Dubrovnik. Toutefois, le déjeuner était bon donc on ne peut pas chialer.

En sortant du bateau, ce fut l’aventure pour trouver un guichet automatique puisque ce n’est pas encore l’euro en Croatie. Après ça, nous avons acheté notre billet de bus pour Split tout de suite et nous nous sommes dirigés vers la vieille ville en bus de ville. À suivre!

(J’aurais voulu mettre ce message en ligne plus tôt mais Dubrovnik était en panne d’Internet!)

Le Vatican

Visiter un pays en une journée? Rien de plus facile, il suffit d’aller au Vatican! Tout d’abord, je conseille vraiment à tout le monde de se munir d’au moins un billet coupe file. De notre côté, nous avons opté pour la visite guidée qui fait aussi couper la file. Après avoir dépassé tout le monde, il faut passer la sécurité. Une fois à l’intérieur, notre guide nous a guidé à travers le musée du Vatican, la Chapelle Sistine et la basilique Saint-Pierre.

Le musée du Vatican (en fait c’est plusieurs musées) contient vraiment plein de choses : des statues, des tapisseries, des mosaïques, des peintures et j’en oublie. Pour une église qui « prône » la pauvreté, ils en ont des cossins!

Après avoir traversé un corridor très impressionnant plein de tapisseries, peintures et statues, on arrive à la chapelle Sistine. Après toute cette grandeur et cette opulence, j’ai été un peu déçu, je m’attendais à plus impressionnant. Le plafond et le mur (le jugement dernier) sont clairement des chefs d’œuvre et sont impressionnants mais le lieu détonne du reste.

Par la suite, basilique Saint-Pierre, plus grande basilique au monde. C’est énorme et très impressionnant! Il y a des marques par terre pour montrer les dimensions des plus grandes basiliques au monde et juste un exemple comme ça, Notre-Dame-de-Paris arrive genre à la moitié.

En sortant, nous sommes passés par les « grottes » où se trouve les tombeaux de plusieurs papes et autres personnes importantes. On a fini par place Saint-Pierre avant de retourner à notre chambre se reposer les pieds un peu.

Pour revenir sur le resto « plein », à Rome, les locaux aiment aller au resto. Les restaurants moins touristiques réservent leurs tables aux Italiens après 8h. Un restaurant qui a l’air vide refusera l’entrée sous prétexte qu’il est plein. La table sera probablement occupée par un Italien plus tard mais ils ne vont pas essayer de faire la piasse en te squeezant entre deux réservations. Tant pis pour eux, y’a bin d’autres villes sur la planète qui n’aiment pas les touristes mais qui les nourrissent quand même!

En pensant, si vous allez au Vatican, ne traînez pas votre sac à dos et si vous le faites, vous allez devoir le laisser au vestiaire. Si vous sortez par la basilique, vous devez retourner à la porte voisine de l’entrée des musées, bref loin et au soleil. Ils enlèvent les bouteilles d’eau, traînez vous une bouteille vide que vous pourrez remplir à la sortie dans une fontaine publique.

Après notre avant midi au Vatican, nous sommes allés manger un bon McDo pour continuer ma tradition d’essayer les spécialités McDo de chaque place. J’ai opté pour un burger mais il y avait une salade de pâtes et de la pizza qui me faisaient des clins d’œil. Ensuite, pour digérer tout ça, nous sommes allés voir la piazza si spagna de jour, but un cidre dans un pub irlandais et nous sommes retournés à notre chambre en passant le long du forum et du Colisée.

Demain, départ vers Bari pour prendre le traversier vers la Croatie. Le prochain message sera donc en direct de la Croatie!